créations passion en tout genre

tous les loisirs créatifs, tricot, broderie, scrapbooking, hardanger, etc
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Mots-clés
voyage galerie défi 2018 livre août tuto juillet marque échange Cricri broderie mystère repertoire carte maison adresse page septembre gout geneviève kissicol table anniversaire sissi saison
Derniers sujets
» genealogie chez claudine
Jeu 26 Juil - 16:36 par Genevieve

» généalogie genevieve
Mar 10 Juil - 19:43 par Claudine09

» généalogie chez NOPA
Lun 2 Juil - 20:41 par Claudine09

» Nos mail art
Lun 2 Juil - 18:16 par Freebird59

» Nos KAL en tricot sur le forum
Ven 1 Juin - 14:07 par Freebird59

» Le sac qui voyage sur une année
Jeu 31 Mai - 15:28 par Freebird59

» Echange cuisine
Mar 29 Mai - 16:05 par Freebird59

» Kissicol du mois de mai atelier d'une soirée
Mar 29 Mai - 11:22 par Freebird59

» A T C Notre collection du forum
Mar 22 Mai - 21:10 par Freebird59

Août 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  
CalendrierCalendrier
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 10 utilisateurs en ligne :: 4 Enregistrés, 0 Invisible et 6 Invités :: 1 Moteur de recherche

Cachou, capucine0669, Freebird59, ninou

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 39 le Lun 14 Mai - 21:12
Les posteurs les plus actifs du mois
Freebird59
 
Mamiechat
 
Sylvie
 
mamimo
 
Claudine09
 
Sissi69
 
cricri62
 
Cachou
 
Genevieve
 
Bombard
 

Partagez | 
 

 genealogie chez claudine

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Genevieve

avatar

Messages : 808
Date d'inscription : 07/05/2018
Age : 64
Localisation : Creuse

MessageSujet: Re: genealogie chez claudine   Dim 15 Juil - 7:40

Bin, pour les témoins, oui, c'était les mêmes. Mon arrière grand-père pour son frère, et vis versa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claudine09
co-administrateur
co-administrateur
avatar

Messages : 1254
Date d'inscription : 08/05/2018
Age : 55
Localisation : Ariége

MessageSujet: Re: genealogie chez claudine   Lun 16 Juil - 18:28

Les mois

   Mois d'automne (terminaison en -aire, du latin -arius, suffixe adjectival)

       Vendémiaire (22 septembre ~ 21 octobre) – Période des vendanges
       Brumaire (22 octobre ~ 20 novembre) – Période des brumes et des brouillards
       Frimaire (21 novembre ~ 20 décembre) – Période des froids (frimas)

   Mois d'hiver (terminaison en -ose à l'origine, abusivement orthographiée ôse par la suite, du latin -osus, « doté de »)

       Nivôse (21 décembre ~ 19 janvier) – Période de la neige
       Pluviôse (20 janvier ~ 18 février) – Période des pluies
       Ventôse (19 février ~ 20 mars) – Période des vents

   Mois du printemps (terminaison en -al, du latin -alis, suffixe adjectival)

       Germinal (21 mars ~ 19 avril) – Période de la germination
       Floréal (20 avril ~ 19 mai) – Période de l'épanouissement des fleurs
       Prairial (20 mai ~ 18 juin) – Période des récoltes des prairies

   Mois d'été (terminaison en -idor, du grec dôron, don)

       Messidor (19 juin ~ 18 juillet) – Période des moissons
       Thermidor (19 juillet ~ 17 août) – Période des chaleurs
       Fructidor (18 août ~ 16 septembre) – Période des fruits

_________________
 
préparer les fournitures du kissicol de septembre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claudine09
co-administrateur
co-administrateur
avatar

Messages : 1254
Date d'inscription : 08/05/2018
Age : 55
Localisation : Ariége

MessageSujet: Re: genealogie chez claudine   Lun 16 Juil - 18:56

help !!! sos !!!
dans une table decenale de 1792 ou trouve t on les actes ?
dans un registre de naissances /mariages/décés
pas vu pour l'instant .....

_________________
 
préparer les fournitures du kissicol de septembre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nopa
Membre
Membre
avatar

Messages : 574
Date d'inscription : 07/05/2018
Age : 66
Localisation : soissons

MessageSujet: Re: genealogie chez claudine   Lun 16 Juil - 18:59

quel département ??????
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claudine09
co-administrateur
co-administrateur
avatar

Messages : 1254
Date d'inscription : 08/05/2018
Age : 55
Localisation : Ariége

MessageSujet: Re: genealogie chez claudine   Lun 16 Juil - 19:04

j'avais pas vu il y a 3 pages !!! merci nopa

_________________
 
préparer les fournitures du kissicol de septembre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claudine09
co-administrateur
co-administrateur
avatar

Messages : 1254
Date d'inscription : 08/05/2018
Age : 55
Localisation : Ariége

MessageSujet: Re: genealogie chez claudine   Mer 25 Juil - 23:17

Le code Napoléon
Le code civil français de 1804, qui a inspiré de nombreuses démocraties, est une catastrophe pour les femmes.
Rédigé en 1804, le Code Civil des Français, dit « Code Napoléon », inscrit l’enfermement des femmes au sein de la famille. Considérées comme des mineures, elles sont soumises, jusqu’en 1970, à l’autorité du père et du mari. Le code civil consacre ainsi l’incapacité juridique totale de la femme mariée qui est considérée comme une éternelle mineure (majeure seulement pour ses fautes) :
• interdiction d’accès aux lycées et aux universités ;
• interdiction de signer un contrat, de gérer ses biens ;
• exclusion totale des droits politiques ;
• interdiction de travailler sans l’autorisation du mari ;
• interdiction de toucher elle-même son salaire ;
• contrôle du mari sur la correspondance et les relations ;
• interdiction de voyager à l’étranger sans autorisation ;
• répression très dure de l’adultère pour les femmes ;
• les filles-mères et les enfants naturels n’ont aucun droit.
Napoléon définit sans ambiguïté la place de la citoyenne dans la société à l’article 1124 de ce monument de misogynie qu’est le code civil : Les personnes privées de droits juridiques sont les mineurs, les femmes mariées, les criminels et les débiles mentaux.
L’enfant appartient au mari de la femme comme la pomme au propriétaire du pommier. […] La femme est donnée à l’homme pour qu’elle lui fasse des enfants ; elle est sa propriété comme l’arbre à fruits est celle du jardinier (Napoléon, Mémorial de Sainte-Hélène). Bref, La femme et ses entrailles sont la propriété de l’homme, il en fait donc ce que bon lui semble (Code Napoléon).
Il faut ensuite ajouter :
• en 1810 : le « devoir conjugal » est une obligation (il n’existe pas de viol entre époux) ;
• en 1816 : en prime pour toutes et tous, l’interdiction de divorcer !
« Le code civil français de 1804, qui a inspiré les droits civils dans de nombreuses démocraties, rédigé sans que les femmes aient leur mot à dire, a ensuite fait de la femme mariée une “mineure civile” — de la célibataire une étrangeté. Cette inégalité des personnes en vertu du sexe déclaré à l’état civil, a été à l’origine de mouvements, qui à partir de la fin du XIXe siècle, ont été désignés sous le terme de féministes. Les luttes issues de ces mouvements ont, progressivement, fait reculer la domination masculine dans le droit. »
— Françoise Gaspard, Les enjeux internationaux de la parité, 2000.
L’incapacité civile des femmes ne sera levée qu’en 1938, soit plus d’un siècle plus tard

_________________
 
préparer les fournitures du kissicol de septembre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claudine09
co-administrateur
co-administrateur
avatar

Messages : 1254
Date d'inscription : 08/05/2018
Age : 55
Localisation : Ariége

MessageSujet: Re: genealogie chez claudine   Mer 25 Juil - 23:19

Quand le divorce était interdit (1816 - 1884)
Au gré des régimes politiques successifs, la législation sur le divorce a été l'objet de nombreux remaniements. Il a fallu passer par de nombreuses étapes d'évolution du droit avant d'aboutir à l'actuelle dédramatisation du divorce.
Au cours de cette histoire mouvementée, l'interdiction du divorce au XIXème siècle constitue un épisode méconnu : admis très provisoirement sous la Révolution, le divorce est aboli dès 1816 et ne sera rétabli que 68 années plus tard, en 1884. Mais cette interdiction a provoqué de fortes critiques.
En témoigne un dossier conservé dans les archives du ministère (direction des affaires civiles et du sceau, sous la cote provisoire FA1240). Pendant toute la période de 1816 à 1884, de nombreuses pétitions réclament aux autorités des changements de législation et le rétablissement du divorce. Lire  l'introduction au dossier de pétitions relatives au divorce.
Ce recueil est riche de 164 lettres. L'intégralité de ces pétitions est aujourd'hui inventoriée et accessible au public, chacune ayant fait l'objet d'une retranscription complète.
Réformes historiques du divorce
Au gré des régimes politiques successifs, la législation sur le divorce a été l'objet de nombreux remaniements. Il a fallu passer par de forts antagonismes idéologiques et de nombreuses étapes d'évolution du droit avant d'aboutir à l'actuelle dédramatisation du divorce.
Chez les Romains, on pratique de façon courante le divorce.
Pendant le Moyen-Age, le mariage est une institution éphémère qui se fait et se défait au gré des alliances : la noblesse française a largement recours à la répudiation. Puis à la fin du XIème siècle, l'Église commence à édicter sa norme du mariage.
Au XVIème siècle, l'Eglise prône l'indissolubilité du mariage, qui est un sacrement. Sous la pression religieuse, le divorce est interdit (1563, Concile de Trente).
A la fin de l'Ancien Régime, les philosophes des Lumières (notamment Montesquieu et Voltaire) sont favorables au divorce et condamnent l'indissolubilité du mariage.
A la Révolution Française, les révolutionnaires bouleversent l'ordre établi en désacralisant et laïcisant le mariage. La constitution du 3 septembre 1791 institue le mariage civil.
Si le mariage n'est qu'un contrat aux yeux de la loi civile, il doit pouvoir être rompu librement par l'accord des deux parties : la loi du 20 septembre 1792 instaure alors le divorce. Son préambule fixe les ambitions de la réforme engagée : "La faculté de divorcer résulte de la liberté individuelle, dont un engagement indissoluble serait la perte".
Mais la loi est critiquée pour son trop grand libéralisme, les abus et l'anarchie sont dénoncés.
Le code civil de 1804 revient sur les excès de cette législation. Il restreint la possibilité de divorcer à la faute, les conditions sont limitées et pénalisantes pour les époux.
La Restauration réaffirme l'indissolubilité du mariage. Le divorce, considéré comme "un poison révolutionnaire", est aboli par la loi du 8 mai 1816, dite loi Bonald. La royauté de retour au pouvoir veut "rendre au mariage toute sa dignité dans l'intérêt de la religion, des mours, de la monarchie et de la famille". La loi convertit en séparation de corps toutes les instances en divorce pendantes devant les tribunaux et arrête tous les actes faits pour parvenir au divorce par consentement mutuel.
A partir de 1876, le député Alfred Naquet dépose successivement trois propositions de loi dans le sens du divorce pour faute mais il échoue.
La IIIème République, par la loi Naquet du 27 juillet 1884 (parue au Bulletin des lois de la République française - fichier pdf, source : gallica.bnf.f) rétablit le divorce sur le seul fondement de fautes précises (adultère, condamnation à une peine afflictive et infamante, excès, sévices et injures graves) constituant un manquement aux obligations conjugales et rendant intolérable le maintien du lien conjugal.
Plusieurs autres lois sont à l'actif de la IIIèmeRépublique : la loi de 1886 sur la procédure de divorce ; la loi de 1893 qui donne à la femme séparée de corps pleine capacité ; la loi du 15 décembre 1904qui abroge l'art. 298 qui interdisait le mariage avec le complice adultère ; la loi du 6 juin 1908 qui rend obligatoire pour le juge la demande de conversion de séparation de corps en divorce présentée par l'un des époux trois ans après le jugement.
Sous Vichy, la loi du 2 avril 1941interdit aux époux mariés depuis moins de 3 ans de divorcer.
En 1975, la loi n°75-617 du 11 juillet 1975 portant réforme du divorce, initiée par Valery Giscard d'Estaing, constitue une refonte totale de la législation, modifiant les conditions du divorce en substituant à un divorce fondé uniquement sur la faute une pluralité de cas de divorce (dont le divorce par consentement mutuel). Elle poursuit ainsi l'évolution historique vers la liberté de divorcer.
Pourtant, la loi de 1975 ne répond plus complètement aux attentes et près de trente ans après, la nécessité de sa réforme est très généralement admise.
Le 1er janvier 2005, entrera en vigueur la nouvelle loi relative au divorce adoptée par l'Assemblée nationale (loi n°2004-439 du 26 mai 2004 relative au divorce, publiée au Journal officiel du 27 mai 2004). Elle traduit le souci du législateur de simplifier les procédures tout en maintenant leur caractère judiciaire et d'apaiser les relations entre époux qui recourent au divorce

_________________
 
préparer les fournitures du kissicol de septembre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claudine09
co-administrateur
co-administrateur
avatar

Messages : 1254
Date d'inscription : 08/05/2018
Age : 55
Localisation : Ariége

MessageSujet: Re: genealogie chez claudine   Mer 25 Juil - 23:20

Libres de travailler
13 juillet 1965
Réforme des régimes matrimoniaux : les femmes peuvent travailler sans l’autorisation du mari.
Les françaises votent depuis 20 ans, mais sont encore quasi-invisibles en politique. Au quotidien, impossible de travailler sans le feu vert de son époux, pas de compte en banque personnel, encore moins le droit de détenir une entreprise et d’en être la patronne ou même simplement de disposer de ses propres biens.

En 1965, la réforme du régime matrimonial de 1804 révolutionne leur vie : depuis, elles peuvent ouvrir un compte en banque ou signer un contrat de travail sans avoir à obtenir l’autorisation du mari et elles disposent librement de leurs propres biens.
Chaque époux administre ses biens propres mais le mari administre seul les biens communs et ceux des enfants. La notion de « chef de famille » reste cependant inscrite dans la loi. Elle ne sera remplacée qu’en 1970, par celle d’« autorité parentale conjointe ». Il faudra attendre 1972 pour que l’égalité professionnelle soit inscrite dans le Code du Travail.
En 2013, le pouvoir du mari sur la vie professionnelle de son épouse reste officialisé dans 15 pays dans le monde, et dans au moins 29 pays, la loi désigne toujours l’homme comme « chef de famille ».
________________________________________
L’enseignement technique est ouvert aux filles.

_________________
 
préparer les fournitures du kissicol de septembre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Claudine09
co-administrateur
co-administrateur
avatar

Messages : 1254
Date d'inscription : 08/05/2018
Age : 55
Localisation : Ariége

MessageSujet: Re: genealogie chez claudine   Mer 25 Juil - 23:21

trés intéressant !!!!

_________________
 
préparer les fournitures du kissicol de septembre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Genevieve

avatar

Messages : 808
Date d'inscription : 07/05/2018
Age : 64
Localisation : Creuse

MessageSujet: Re: genealogie chez claudine   Jeu 26 Juil - 16:36

A l'époque où nous vivons, qui veut qu'aujourd'hui il y ait l'égalité entre hommes et femmes, pourquoi la Loi désigne-t-elle toujours l'homme comme chef de famille ? C'est du grand n'importe quoi.
Merci Claudine pour toutes ses précisions. C'est en effet, très intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: genealogie chez claudine   

Revenir en haut Aller en bas
 
genealogie chez claudine
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Pierre Combescot - Ce soir, on soupe chez Pétrone
» Mardi 11 décembre : un mini avec Claudine ...
» [INFO] HD2 pas cher en renouvellement chez Orange
» ACHAT CHEZ HLJ
» CouCou je m'appelle Misscrapbooking! de chez Gwen-Dia Scrapbooking

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
créations passion en tout genre :: Généalogie-
Sauter vers: